Meilleure série Pirate Black Sails

BLACK SAILS : UNE SÉRIE PIRATE SOUS-ESTIMÉ

Un peu de sexe et de violence suffisent à décourager le public le moins exigeant, mais Black Sails est beaucoup, beaucoup plus qu’une simple série de pirates barbares.

Amoureux des pirates ! Découvre pourquoi tu te dois de passer à l’abordage de Black Sails, une série pirate bien trop sous-estimé par le grand public.

Histoire et protagonistes de Balck Sails

Produite par la société américaine StarZ, elle a suivi pendant quatre saisons les habitants de l’île de Nassau lors de leurs raids pirates sur les navires de commerce des Caraïbes au début du 18e siècle.

Personnages charismatique de la série

Série Black Sails

Avide, impitoyable et grand stratège comme le capitaine Flint. Idéaliste, violent et rebelle comme le capitaine Vane. Carriériste et manipulateur comme la rusée femme d’affaires Eleanor. Captivante, intuitive et douée pour les affaires comme la prostituée Max. Ou encore rusé et manipulateur comme le célèbre pirate Jack Rackham.

Tous convoitent le vaste trésor du galion espagnol Urca de Lima, et tous sont unis par leur désir de conserver leur indépendance.

Histoire entre fiction et réalité

Série Pirates Black Sails

Les personnages de Black Sails (inspirés du roman classique L’île au trésor, dont il s’agit d’une préquelle) ne sont pas seulement les protagonistes d’une série sur les flibustiers, mais d’une fresque historique vivante qui raconte l’ascension et la chute de la piraterie, bastion acharné de la liberté et de l’indépendance.

L’une des meilleures séries de ces dix dernières années, malheureusement elle n’a pas connu le succès qu’elle méritait, souvent déclassée en une simple série d’actions.

Les préjugés sur la série Black Sails

Série Black Sails Avis

La raison la plus flagrante pour laquelle Black Sails n’a pas été suffisamment considéré par le grand public est que beaucoup ont été influencés par la “marque StarZ”.

La télévision câblée américaine est connue pour ses productions pleines de violence, de sexe et de thèmes forts (Spartacus en étant un bon exemple) et cela a rebuté ceux qui s’attendaient à ce que Black Sails réponde aux mêmes critères à la sauce pirate.

Drapeau pirate capitaine Flint

D’autant plus que l’épisode pilote offrait quelques confirmations en ce sens, notamment grâce à l’inénarrable sketch Barbe Noire (le naïf John Silver se voit proposer une invitation par le célèbre pirate, mais se retrouve nez à nez avec le sexe poilu et brun d’une prostituée) qui n’a pas enthousiasmé les plus chastes d’entre nous.

Les épisodes suivants, bien que le contexte narratif soit adéquat, n’ont jamais dépassé les limites dans la représentation de la violence et du sexe, se concentrant de plus en plus sur la reconstitution des moments forts de la vie des pirates d’un point de vue politique et historique.

Effets spéciaux qui nous plonge dans l’univers pirate

Nassau Black Sails

Les effets spéciaux des séries sont généralement médiocres en raison des faibles budgets, de sorte qu’une série obligée de les utiliser de manière intensive risque de s’aliéner un large public.

Toujours en raison des antécédents de StarZ, Black Sails, une série dominée par les batailles navales et les tempêtes impérieuses, et donc pleine d’effets spéciaux, semblait destinée à un look ringard.

Si, honteusement, elle n’a pas reçu de prix majeurs, elle a au moins accumulé les Emmy pour les effets visuels et sonores, sanctionnant les efforts de la production pour créer une série qui n’a rien à envier aux colosses.

Bateau Black Sails

Black Sails est spectaculaire grâce notamment au fait qu’il a été tourné en Afrique du Sud et présente les scènes marines les plus spectaculaires de l’histoire du petit écran (au point de faire pâlir des franchises comme Pirates des Caraïbes).

Chaque plan offre des panoramas exotiques à couper le souffle, et plusieurs plans présentent des reconstitutions à l’échelle 1:1 des plus beaux voiliers de l’époque, le tout avec une attention minutieuse au choix des matériaux (y compris les tissus, les accessoires, le mobilier), pour donner au spectacle une vraisemblance et une magnificence sans précédent sur le petit écran.

À cela s’ajoute un générique sublime, qui ravira les fans d’ambiance pirate à n’en pas douter.

Politique et idéologie

Ce qui plaît aux amateurs d’action et d’aventure peut aliéner la partie du public qui privilégie un contenu et des thèmes plus sérieux.

C’est pourquoi ceux qui ont apprécié le côté action de Black Sails ont pris à la légère les aspects politiques et idéologiques de la série.

Black Sails Flint

La première saison tourne autour de la chasse du capitaine Flint au trésor inestimable de l’Urca de Lima. Ce n’est que plus tard que son objectif devient clair : pendant les huit épisodes qui composent la première saison, Black Sails est une authentique série d’aventures, où une poignée de pirates coriaces font tout pour obtenir le plus gros “butin”.

Dans les saisons suivantes, la série se transforme en un grand drame qui philosophe sur la liberté, l’indépendance et l’égalité (non seulement sociale, mais aussi de genre, grâce à des protagonistes forts et émancipés), comme très peu d’autres productions télévisées ont pu le faire.

Le Capitaine Flint, un personnage fascinant

Capitaine Flint Black Sails

Un excellent scénario ne peut s’exprimer s’il n’est pas soutenu par des protagonistes intrigants et des interprètes tout aussi compétents, capables de donner de la profondeur aux personnages.

C’est le cas du capitaine Flint, l’une des figures les plus complexes, fascinantes et insaisissables de la télévision, qui, au début de la deuxième saison, a laissé le public abasourdi par la révélation de son homosexualité. Certains n’ont pas apprécié l’idée d’un capitaine pirate gay, passant ainsi à côté de l’une des intrigues les plus révolutionnaires du genre.

La meilleure performance a été donnée par Toby Stephens, l’élégant acteur anglais (et fils de Maggie Smith) connu pour son rôle de Rochester dans la mini-série Jane Eyre.

Pistolet pirate du capitaine Flint

Il a su se transformer en capitaine dur et impitoyable. Si dans les premiers épisodes il apparaissait encore peigné et relativement pâle (et avec des taches de rousseur), il est progressivement devenu de plus en plus sauvage, rude et militaire, avec un crâne rasé et un physique plus maigre.

Flint incarne le modèle du rebelle intelligent et méthodique, prêt à tout pour défendre ses idéaux contre ses ennemis.

Son histoire personnelle est également admirable parce que Flint est gay : dans la deuxième saison, son orientation sexuelle (méprisée par la société anglaise, qui le bannit en raison de sa relation avec un supérieur) montre une orientation presque inédite dans le genre, et certainement audacieuse.

Grâce à cela, d’ailleurs, Black Sails peut légitimement aspirer au podium du final de série le plus imprévisible et le plus choquant du petit écran.

Le Capitaine Charles Vane, l’anti-héros de la série

Charles Vane Black Sails

La seule nudité intégrale de la série, en dépit de la frange la plus moralisatrice du public télé, appartient à l’acteur Zach McGowan, dans une scène d’une rare truculence où il émerge de la terre après avoir été enterré vivant.

Son personnage est sans doute le plus indigeste de la série : il est difficile de traiter une figure qui semble si monolithique et primordiale. Mais en y regardant de plus près, il apparaît clairement que Vane est, lui aussi, bien plus qu’il ne le laisse paraître. Charles est l’incarnation extrême du héros romantique.

Des monologues inoubliables

Black Sails revendique également le record des meilleurs monologues d’inspiration de l’histoire de la télévision, prononcés par Vane et Flint pour inciter à la résistance et combattre les puissants afin de protéger leur individualité.

Parmi ces joyaux de dialectiques, trois en particulier prouvent à quel point Black Sails est énormément sous-estimé :

  • Le premier est le discours de Vane pour unir les pirates contre les Anglais dans l’ambiance de la pendaison,
  • le second est son dernier adieu à Nassau dans lequel il exhorte les gens à prendre les armes contre les usurpateurs,
  • et le troisième est le dernier monologue de Flint, amer et sinistre, sur la puissance qui veut anéantir les différents.

Le dernier discours, en particulier, dans sa concision, est mémorable, énième preuve de l’excellence de Black Sails. Êtes-vous prêt à découvrir ou redécouvrir l’une des plus belles séries de la décennie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *